LOVE IS ALL

produit par Roger Glover (1974)

Ticket Puisque les salles obscures sont fermées, je puise donc dans mes plus anciens souvenirs de défilement d’images.

Popcorn Un dessin-animé avec un fond musical, et quel son !

Soda Roger Glover à la basse (ex Deep Purple et Rainbow) et puis le merveilleux Ronnie James Dio au chant (ex Rainbow, Black Sabbath, Dio, Heaven and Hell) et sa voix incroyablement formidable.

Clap Une très jolie petite vidéo beaucoup trop courte.

Zigomascope Nostalgie quand tu nous tiens.

par Lady Kiou

DRUK (DRUNK)

de Thomas Vinterberg (2020)

Ticket Alors clairement je suis allée voir ce film grâce à l’acteur présent au centre de l’affiche !

Popcorn Un groupe de quatre amis et collègues va se lancer dans une expérience incongrue.

Soda Désolée de ne pas pouvoir vous rencarder sur la musique entendue, sauf pour ce morceau (merci à l’application Shazam).

Clap Les plans rapprochés permettent aux spectateurs d’être au plus près de cette comédie dramatique où l’on sourit mais pas que.

Zigomascope Formidable Mads Mikkelsen, comme toujours, mais ses trois autres comparses, que je ne connaissais pas pour ma part, sont également excellents.

par Lady Kiou

WOODSTOCK : 3 days of peace & music (Director’s Cut)

de Michael Wadleigh (1970)

Ticket Parce qu’il n’y a pas que les jours de pluie que l’envie peut prendre de se regarder un bon film. Les journées où il fait pas loin de 40 degrés dehors (soit beaucoup trop pour moi) aussi. Alors en zappant devant une télévision, je tombais sur ce petit bijou, tant au niveau documentaire, réalisation que musical.

Popcorn LE FESTIVAL par excellence, et sûrement parce que l’un des premiers, filmé de façon majestueuse.

Soda Je ne ferai peut-être pas l’affront ici de récapituler les artistes présents lors de cette grande réunion. Allez, juste un petit snack.

Clap 3h44 de film, cela laisse le temps de bien s’imprégner de l’ambiance humide et temporelle.

Zigomascope Je finis toute nostalgique d’une époque que je n’avais pas vécue.

par Lady Kiou

24

Créée par Robert Cochran, Joel Surnow (2001-2014)

Ticket Comment ne pas mentionner cette série qui me mit le pied à l’étrier de quantité d’autres que je regarderais par la suite.

Popcorn Alors oui aujourd’hui elles ne sont plus composées de 24 épisodes (la saison 9 n’en contiendra que 12), n’empêche que celle-ci réussit à me tenir en haleine avec son nombre incroyable de rebondissements sur l’ensemble d’une saison.

Soda La musique composée par Sean Callery alimente le suspens jusqu’au prochain épisode même s’il est difficile de ne pas les enchaîner.

Clap Du split screen ou « partage d’écran » apparaît régulièrement et permet de voir simultanément les différentes actions en cours. Une petite horloge qui décompte les minutes. Voici les ingrédients reconnaissables et qui ont fait l’originalité de l’oeuvre.

Zigomascope Jack Bauer fut un peu un super-héros mais sans cape.

par Lady Kiou

PENNYWORTH

Créée et scénarisée par Bruno Heller (2019)

Ticket Alfred Pennyworth ? Bah oui, c’est le majordome de Bruce Wayne alias Batman. Quoi, un préquel à Gotham ? Let’s look at this !

Popcorn Où l’on assiste au passé sombre de Thomas Wayne, Martha Kane et de leur futur employé de maison.

Soda Le générique du début du tout premier épisode (oui, il sera raccourci par la suite) est un hommage très appuyé à celui de la série « The Persuaders – Amicalement Vôtre » (composé par John Barry). J’ai trouvé cela étonnant, amusant et très original.

Clap Casting britannique de rigueur pour obtenir le flegme de la chose. Le titre de chaque épisode correspond au prénom et au nom d’une personnalité féminine, dont certains assez connus et faisant référence à des chanteuses ou actrices anglo-saxonnes : Shirley Bassey, Cilla Black, Julie Christie, Sandie Shaw, Alma Cogan, Marianne Faithfull. Mon titre préféré d’un des épisodes étant « Lady Penelope » personnage de la série « Les sentinelles de l’air », que j’affectionne particulièrement. Et encore une petite note humoristique.

Zigomascope J’ai pris beaucoup de plaisir à regarder cette série visuellement magnifique.

par Lady Kiou

THE HANDMAID’S TALE (La Servante Ecarlate)

Créée par Bruce Miller (2017 – en cours)

Ticket Il n’était pas du tout question d’un manque de confiance envers les personnes qui me recommandèrent cette oeuvre, mais je ne sais pas pourquoi je mis du temps à prendre le temps de la regarder.

Popcorn Parce que j’adore la définition du mot dystopie (ce dont parle cette histoire), je vous la livre par pure gourmandise : « société imaginaire régie par un pouvoir totalitaire ou une idéologie néfaste, telle que la conçoit un auteur donné » (Dictionnaire Larousse).

Soda La tendance actuelle dans les séries est d’insérer des musiques connues du grand public. Cette série n’y déroge pas et voici quelques exemples de ce qu’on peut entendre au fil de l’histoire (selon mes goûts bien entendu)   : Bob Marley and The Wailers, Simple Minds, Nina Simone,  Jefferson Airplane, Kate Bush, Cat Power, Norah Jones, Dusty Springfield, Bruce Springsteen, The Velvet Underground, The Boomtown Rats, U2, Buddy Holly, Ludwig Van Beethoven, Portishead…

Clap De temps à autre, on assiste à une véritable chorégraphie de la mise en scène faite de rouge, de blanc, de noir, de vert, de bleu et de gris.

Zigomascope Tirée d’un roman et, à bien y réfléchir, on est dans du « potentiellement probable » et l’angoisse monte… mais ça donne envie de se battre ! Une saison 4 est en attente.

par Lady Kiou

LE TABLEAU

de Jean-François Laguionie (2011)

Ticket Tiens, pourquoi pas un petit film d’animation, que j’offris bien volontiers à des enfants avant de le regarder moi-même afin de me convaincre de ne pas m’être trompée sur le cadeau.

Popcorn Une histoire vraiment sympa à dévorer gentiment.

Soda La musique a été composée par Pascal Le Pennec qui a travaillé également sur d’autres longs-métrages et courts-métrages.

Clap Une palette de couleurs magnifiques sur de très jolis dessins pour un scénario fort malin.

Zigomascope Retour en enfance garanti avec le truc qui moi me fait craquer à chaque fois : un petit mélange de personnages de fiction avec des personnages réels !

par Lady Kiou

MADE IN BRITAIN

de Alan Clarke (1982)

Ticket En regardant une émission ayant pour thème « le Punk dans le cinéma », je pris connaissance de l’existence de ce film. Sorti en 1982… c’est pas comme s’il était récent…

Popcorn Un jeune homme ultra agressif évolue dans l’Angleterre des années 80.

Soda Une superbe scène introductive sur la musique de The Exploited, et voilà, on entre tout en délicatesse dans la bobine.

Clap Alors certes, le scénario repose énormément sur l’interprétation exceptionnelle de Tim Roth, mais je crois que ça suffit.

Zigomascope Une heure et seize petites minutes de bonheur à regarder un seul acteur.

par Lady Kiou

AALTRA

de Gustave Kervern et Benoît Delépine (2004)

Ticket Premier méfait des compères Kervern et Delépine, et bien vous savez quoi ? Il manquait à ma culture générale celui-ci ! Tout comme leur deuxième opus d’ailleurs, Avida. Je raccrochai les wagons en 2008 avec Louise-Michel.

Popcorn Les road movies déjantés et ‘cheap’ sont vraiment leur marque de fabrique.

Soda Une petite reprise de Sunny en version yaourt interprétée par l’un de mes acteurs belges préférés, Bouli Lanners, ainsi qu’une apparition improvisée d’un groupe de punk belge Lawstreet 16.

Clap Dans un humour hyper grinçant, quelques apparitions de choix : Benoît Poelvoorde (le fameux), Ari Kaurismäki (le cinéaste), Jason Flemyng (récemment vu dans la série Pennyworth en grand méchant), Noël Godin (l’entarteur).

Zigomascope En cette période un peu triste, une bonne explosion de rires ne peut pas faire de mal, mais attention pour un public averti.

par Lady Kiou

THE MOUSE THAT ROARED (La Souris Qui Rugissait)

de Jack Arnold (1959)

Ticket Ce film figurait au programme d’une rétrospective de films décalés lors du Festival Internationales de Science-Fiction : Les Utopiales. Ayant très envie d’un peu de légèreté, mes pas me conduisirent juqu’à la salle où était projetée ladite bobine. Siège sommaire, mais bon c’était l’affaire d’une heure et vingt-trois minutes et surtout l’espoir d’une bonne partie de rires !

Popcorn Pas déçue la fille, rien que le postulat de départ présenté par un gentil Monsieur annonçait la couleur. Il s’agirait un peu d’une version absurde de David contre Goliath.

Soda Le sérieux de la musique, surtout classique, provoque le sourire.

Clap Peter Sellers y joue pas moins de quatre rôles, dont un féminin. On y croise également l’un des « numéro 2 » de la série Le Prisonnier (Leo McKern, l’un des seuls acteurs de cette série à y apparaître plus d’une fois). Jean Seberg, la « Patricia » de A Bout De Souffle de Jean-Luc Godard figure également au casting. Bref, j’ai vraiment passé un excellent moment et rien que d’y penser, les commissures de mes lèvres s’approchent dangereusement de mes oreilles !

Zigomascope Alors évidemment, je ne pus m’empêcher de penser à la troupe des Monty Python, ou bien encore, mais dans une plus petite mesure à Sieur Astier et son Kaamelott.

par Lady Kiou

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :