THE MOUSE THAT ROARED (La Souris Qui Rugissait)

de Jack Arnold (1959)

Ticket Ce film figurait au programme d’une rétrospective de films décalés lors du Festival Internationales de Science-Fiction : Les Utopiales. Ayant très envie d’un peu de légèreté, mes pas me conduisirent juqu’à la salle où était projetée ladite bobine. Siège sommaire, mais bon c’était l’affaire d’une heure et vingt-trois minutes et surtout l’espoir d’une bonne partie de rires !

Popcorn Pas déçue la fille, rien que le postulat de départ présenté par un gentil Monsieur annonçait la couleur. Il s’agirait un peu d’une version absurde de David contre Goliath.

Soda Le sérieux de la musique, surtout classique, provoque le sourire.

Clap Peter Sellers y joue pas moins de quatre rôles, dont un féminin. On y croise également l’un des « numéro 2 » de la série Le Prisonnier (Leo McKern, l’un des seuls acteurs de cette série à y apparaître plus d’une fois). Jean Seberg, la « Patricia » de A Bout De Souffle de Jean-Luc Godard figure également au casting. Bref, j’ai vraiment passé un excellent moment et rien que d’y penser, les commissures de mes lèvres s’approchent dangereusement de mes oreilles !

Zigomascope Alors évidemment, je ne pus m’empêcher de penser à la troupe des Monty Python, ou bien encore, mais dans une plus petite mesure à Sieur Astier et son Kaamelott.

par Lady Kiou

THE PRISONER (Le Prisonnier)

prisoner1prisoner2

prisoner3

de Patrick McGoohan et George Markstein (1967)

Ticket Je ne sais pas si c’est présomptueux de ma part, mais je pense être tombée dessus pour la première fois dans l’émission des années 80 ‘Temps X’. En même temps je me souviens avoir vu cette émission.

Soda Musique rigolote pour une série qui ne l’est justement pas.

Popcorn Grande originalité dans les scénarii des différents épisodes mais également dans le scénario global. Le tournage en extérieur s’est fait dans le village gallois de Portmeirion, où, tous les ans, un fan-club se réunit pour rejouer des scènes de la série.

Clap J’ai pour ma part grandement apprécié le côté libertaire de la fin, qui est on ne peut plus ouverte sur le ‘whatever you like’ !!! Sous couvert de l’enfermement, le personnage prône la liberté d’être.

Zigomascope ‘I am not a number, I am a free man’, ces quelques mots ont influencé un petit groupe musical anglais, qui en a fait une petite chansonnette. Be seeing you !

par Lady Kiou

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :